In The Club …

« Bonjour à tous et très bonne année 2010, je vous souhaite une très bonne santé à tous et vous remercie d’être fidèle et nombreux à me lire. J’aimerais qu’en cette année 2010 nous nous rassemblions tous ensemble derrière une dynamique commune pour faire évoluer notre sport au plus haut niveau.
Beaucoup d’entre vous me demande de dévoiler un peu plus les coulisses de mon blog et de mes nombreuses actions de Communication et missions professionnelles. J’essaierais de vous en dévoiler un peu plus au fur et à mesure.

Je vais commencer cette année 2010, en traitant d’un sujet qui me tient à cœur, les infrastructures du basketball français. Je vais vous faire part des nouveaux projets de constructions de Salle, en terminant par un micro interview de Pierrick Girault, chef du Mouvement WE WANT ARENAS.

La base du succès

On le sait tous maintenant, le sport français souffre d’une capacité d’accueil pour les grandes compétitions nationales et internationales. Pour preuve nous avons pour appellation « Complexe Sportif » nos structures, ce qui illustre bien le malaise.
Pourtant une grande salle est la base du succès pour travailler à plus grande échelle : plus de billets, plus d’espaces publicitaires, plus de produits dérivés… Pour faire plus de Volume tout simplement.
On développerait alors des solutions Marketing adaptées à la surface d’accueil afin d’optimiser les entrées d’argent.
Dans la plupart des cas, les financements pour la construction proviennent des partenaires publiques, c’est-à-dire les mairies, les comites départementaux ainsi que les comités régionaux ; les mêmes qui versent les subventions trimestrielles ou mensuelles auprès des clubs encore sous un statut social d’association loi 1901 pour presque la globalité du basket français.

Il faut savoir que la majorité des clubs de pro A sont passés en statut social de société Anonyme sportive, ce qui leur permets de tirer beaucoup plus de bénéfices et donc avancer vers une indépendance financière des subventions publiques. Malgré l’apport financier encore présent du Secteur Publique, mettre des moyens matérielles et non un apport financier direct serait un grand Pas vers l’autofinancement des Clubs.

Hypothèse :
Imaginons une salle LNB standard, c’est-à-dire environ 3020 places (moyenne LNB), avec une capacité de remplissage de 90% (soit 2880 places) a 10 euros l’entrée (les prix des billets LNB varie de 3 euros à 45 euros).Ce club encaisse alors la valeur de 28800 euros de billetterie lors de l’évènement.
Essayons maintenant avec une salle de 10 000 places, en gardant le même tarif de 10 euros avec un pourcentage de remplissage de 80%, le club engrangera alors 80 000 euros de billetterie sans augmentation tarifaire pour un évènement.

Analysons ensemble les capacités actuelles

Ce tableau est à réalisé à parti des chiffres Basketnews, il comprend une première partie comprenant le club, le budget du club, la capacité actuelle. La deuxième partie concernent les chiffres d’affluences recensées la saison passée, à partir de ça j’ai calculé le taux de remplissage de la structure d’accueil à l’année.
(Je suis désolé mais la synchronisation entre ISSUU et WordPress ne fonctionne pas.)

Ce tableau ne comprend pas Besançon (liquidé), ni Saint Quentin (relégué en N1). Ces chiffres ne sont que des statistiques d’illustrations.

Salles LNB

Que constatons-nous ?

-Cholet, club mythique, ne remplie plus sa Salle. (Du changement cette année ?)
-Que certains clubs Pro B (Limoges, Nantes, Pau, Boulazac, Clermont…) ont des plus grosses salles que certains clubs de pro A.
-Que les infrastructures ne dépendent pas du Budget.
-Que certains clubs immigrent de Salle en Salle à la recherche d’une capacité d’accueil importante. (Instabilité!!)
-L’affluence ne varie pas toujours selon les résultats sportifs, il faut savoir fidéliser son public.
-Que 5 clubs de Pro B n’ont pas réussis à remplir leur salle à plus de 50% de leur capacité.
-Que 12 Salles en Pro B sont inférieur à 3000places.
-Que l’on peut avoir une grande salle et ne pas la Remplir (ex : Nantes)
-Que plus la Salle est grande, plus il y’a une affluence. Même avec un taux de remplissage faible.
… »

Ok je vous l’accorde , cet homme n’est pas le plus grand écrivain de la toile , mais il a le mérite d’apporter ses lumières sur le retard pris par la fédération française de basket-ball sur le terrain . Ce sport qui génère des milliards de revenus , reste marginal en France , alors que beaucoup de gens  le pratiquent , notamment depuis l’avènement de la Dream Team en 1992 . L’explosion du nombre de licensiés n’a pas su se traduire par une meilleure visibilité de ce sport , et de plus gros bénéfices . Les mentalités évoluent , notamment au niveau politique , sensible à l’argent que rapportent les salles réalisées sur le modèle américain . J’espère que la FFBB va sauter sur l’occasion pour moderniser la LNB , ligue de basket-ball français professionnelle de haut niveau .

En ce qui concerne la fin de l’article c’est par ici : Basketsession

Poster un commentaire

Classé dans Basketball

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s